Publication de Claude Simon. Les Vies de l’archive, Mireille Calle-Gruber, Melina Balcázar Moreno, Sarah-Anaïs Crevier Goulet et Anaïs Frantz (éds.), aux Presses Universitaires de Dijon, 2014.

Captura de pantalla 2014-08-11 a la(s) 22.28.14Le centenaire de la naissance de Claude Simon, Prix Nobel de Littérature 1985, et la publication d’une biographie de l’écrivain par Mireille Calle-Gruber aux Éditions du Seuil, étaient l’occasion de retraverser l’œuvre simonienne sous l’angle de l’archive. L’archive n’est pas tournée vers le passé : son geste archéologique se fait au présent de l’écriture, il se tourne vers les voies ouvertes par les lectures à l’à venir.
Ainsi est-ce à partir des nouvelles voies d’étude de l’œuvre qu’offre la recherche universitaire actuelle que les actes du colloque tenu en Sorbonne et à l’École Normale Supérieure en 2013 s’attachent à considérer la poétique d’une archive vivante par laquelle Claude Simon conjugue, dans ses romans, l’autorité des traces historiques avec la subjectivité de la mémoire sensorielle.
Au moyen, non seulement de l’examen de documents inédits qui mettent au jour la pluralité des genres littéraires et artistiques explorés par l’écrivain (romans, photographie, cinéma, théâtre), mais encore de l’analyse génétique des manuscrits, pour laquelle la science de la conservation patrimoniale s’allie aux technologies les plus récentes des humanités numériques, les auteurs du présent volume parcourent les « Vies de l’Archive » chez Claude Simon.

Publication de Claude Simon. La mémoire du roman. Lettres de son passé 1914-1916 de Mireille Calle-Gruber aux Impressions Nouvelles

Buste de Jean-Pierre Lacombe Saint Michel (LSM) en empereur romain. Dans Mireille Calle-Gruber et François Buffet, Claude Simon. La mémoire du roman. Lettres de son passé 1914-1916, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2013. D.R. François Buffet
Buste de Jean-Pierre Lacombe Saint Michel (LSM) en empereur romain.
Dans Mireille Calle-Gruber et François Buffet, Claude Simon. La mémoire du roman. Lettres de son passé 1914-1916, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2013. D.R. François Buffet

Ce livre rassemble l’essentiel des lettres échangées entre 1914 et 1916 par la mère de l’écrivain Claude Simon et sa famille immédiate. Cette correspondance a principalement trait à la disparition du père, Louis Simon, mort en Flandres dès le 27 août 1914 mais dont la famille reste sans nouvelles pendant plusieurs jours : une période qui constitue le récit majeur de L’Acacia.

Belles et intenses, ces lettres présentent au moins un double intérêt.

Le premier est littéraire puisque ces lettres donnent à lire la « matière première » de ce qui formera la base autobiographique de nombreux romans du futur prix Nobel de littérature comme Le Vent, L’Herbe, La route des Flandres, Les Géorgiques ou encore Le Tramway. Une ressource romanesque que mobilisera régulièrement Claude Simon et qui constitue donc ce que, dans une préface suggestive, Michel Butor nomme joliment « la littérature dormante ». Une introduction de Mireille Calle-Gruber, qui a signé la biographie de référence de Claude Simon, permet d’établir l’inscription de ces événements dans les divers romans.

Le second intérêt est historique. Au moment où les commémorations de la Grande Guerre ramènent à la surface toute une mémoire enfouie, ces lettres permettent de vivre ce que furent les premières semaines du conflit. Mais elles offrent surtout le moyen de prendre la mesure d’une réalité méconnue : l’atroce incertitude dans laquelle se trouvèrent plongées, parfois durant des semaines, les familles de ceux qui étaient portés « disparus ».

Un important fonds iconographique complète le volume. Légendées par François Buffet, cousin de Claude Simon, de nombreuses photographies sont reproduites pour la première fois et notamment celle du buste de l’Ancêtre, jamais retrouvé. Ces images inédites donnent un visage aux personnages qui hantent les romans de Claude Simon.

Le soin apporté à cette édition, tout en couleurs, riche en fac-similés, font de ce livre une manière d’émouvant « Album Simon ».

 

 

 

 

 

Compte rendu du Colloque du centenaire Claude Simon, Les Vies de l’Archive

Organisé par Mireille Calle-Gruber, Melina Balcázar Moreno, Anaïs Frantz, Sarah-Anaïs Crevier Goulet

Le colloque du Centenaire Claude Simon qui s’est tenu en Sorbonne les 27 et 28 février et à l’ENS le 1er mars 2013, suivi par un public nombreux et passionné, marque un tournant décisif dans l’approche critique de l’œuvre du Prix Nobel de Littérature.

Plutôt qu’une célébration hagiographique, le colloque a choisi d’ouvrir des voies nouvelles de lecture par une attention au plus près de l’écriture de Claude Simon et de ses manuscrits ainsi que par la prise en compte de la diversité de l’œuvre, rappelant que l’écrivain n’a cessé de frayer des passages entre les genres (romans, films, photos, rapport à la peinture et à la musique) et qu’il a travaillé la matière romanesque avec les archives privées et publiques réunies par ses soins. Il a en outre construit lui-même l’archive de son œuvre en donnant à la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet ses manuscrits et ses dossiers préparatoires.

Le colloque a ainsi abordé des pans de l’œuvre guère travaillés jusqu’ici : l’étude d’une pièce de théâtre inédite, du scénario de La Route des Flandres, de son recueil photo-textes Album d’un amateur. Plus novateurs encore : le traitement des manuscrits en vue d’une recherche fondamentale par les outils numériques avec le concours de Florence Clavaud de l’Ecole des Chartes ; l’analyse des liens entre Merleau-Ponty et Claude Simon que, tour à tour, Anne Gabrièle Wersinger et Pascal Quignard mirent en lumière, puis Daniel Mesguich dans une sublime lecture des Notes du philosophe.

La grande richesse de ces rencontres, et pour longtemps, fut la croisée des générations. Des témoins de Claude Simon, comme Michel Butor et Michel Deguy et de jeunes créateurs comme Christophe Honoré ou Noël Herpe, des spécialistes de l’œuvre et de jeunes chercheurs particulièrement compétents ont, ensemble, reconsidéré l’Archive littéraire sous des angles nouveaux : « la littérature dormante », « la tradition de la non-tradition », les réappropriations culturelles, la contemporanéité en question, les différences de genres.

Les photographies d’Eugenio Prieto portent trace de l’atmosphère de ces travaux et une équipe vidéo, sous la responsabilité de Margaux Achide-Roche, a capté des images qui feront l’objet, sous peu, d’une présentation en ligne.

Au terme de ces trois journées ponctuées par la lecture impressionnante que Marie-Christine Barrault donna des « Peintres de Claude Simon », un constat s’impose : une forme autre de critique littéraire est née et il y a, parmi les chercheurs et les créateurs, de la relève !

Mireille Calle-Gruber

Transcription du manuscrit Femmes

L’équipe POLAR a organisé une rencontre avec Florence Clavaud de l’École Nationale des Chartes qui portait principalement sur les modalités possibles d’édition électronique du livre de Claude Simon retenu pour un premier essai: Femmes, réalisé en collaboration avec Joan Miró en 1964 et conservé à la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet.

L’avant-texte de Femmes est composé de trois étapes: un manuscrit et deux tapuscrits avec annotations de l’auteur. Il en existe également trois versions publiées:

  1. Femmes avec 23 planches de Joan Miró, Maeght, 1966.
  2. “Femmes”, sans les planches de Miró, dans Entretiens, 1972.
  3. La Chevelure de Bérénice, sans les planches de Miró, Minuit, 1984.

Nos partenaires Alexandre Guilbaud et Catherine Goldstein de l’Institut de Mathématiques de Jussieu ont entamé à cette occasion un dialogue avec Florence Clavaud sur l’interaction entre l’encodage en TEI (Text Encoding Initiative) de la transcription de ce manuscrit et leur prototype ORIGAMI, envisagé comme système de visualisation.

Florence Clavaud nous a exposé les deux modalités possibles de transcription en TEI :

  • Une description de la structure physique de la page manuscrite, procédant par zones de texte et par la distinction de différentes étapes de son écriture. Il s’agit d’une approche neutre du manuscrit, focalisée sur les phénomènes que l’on peut repérer visuellement sur la page.

  • Une description de la structure logique qui organise la page manuscrite à partir d’une analyse textuelle. Cette approche comporte nécessairement un niveau d’interprétation plus élevé des phénomènes textuels, qui sont différenciés et catégorisés en fonction des objectifs du projet.

Bien que toute transcription comporte une part d’interprétation, pour la transcription de Femmes, l’équipe POLAR a préféré procéder à une description de la structure physique de la page, car elle nous semble ouvrir davantage à une pluralité de lectures.

Après la numérisation des trois étapes de l’avant-texte, nous avons terminé leur transcription, à partir des règles éditoriales établies lors de cette rencontre.

Claude Simon ou l’imagination verticale

Plan de montage pour La Route des FlandresDans le cadre du colloque A quoi ça tient ? Montages et relations, organisé par Jonathan Degenève et Sylvain Santi à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 (17-19 novembre 2011), Mireille Calle-Gruber a présenté une communication intitulée « Claude Simon ou l’imagination verticale ».

A partir de cette lecture Mireille Calle-Gruber fait apparaître chez Claude Simon la mise en jeu d’éléments disparates que l’écrivain, tel « un funambule sur la corde raide de la ligne d’écriture », organise selon les règles de la théorie des ensembles qui unissent des éléments communs et non communs ; créant ainsi dans le texte des relations qui sont impensables dans la réalité. Claude Simon préfère ainsi une « crédibilité picturale » (« La Fiction mot à mot », Orion aveugle, 1970). C’est par la pratique que le romancier fait l’expérience du montage : après une première écriture, il organise des plans lui permettant de faire apparaître les règles d’un assemblage par harmoniques, par périodicité et par gammes sérielles. En regard des manuscrits de Claude Simon,  Mireille Calle-Gruber convoque les manuscrits de Merleau-Ponty qui, en 1960, travaillant sur « ontologie cartésienne et ontologie aujourd’hui » analyse les romans de Claude Simon. C’est dans les notes (qu’il a laissées inachevées à cause de sa mort en 1961) qu’il remarque l’imagination verticale de Claude Simon. Il s’agit en effet de la vision sensorielle et simultanée que l’écrivain décrira plusieurs fois comme étant à l’origine du roman La Route des Flandres. La singularité du travail de montage du roman simonien tient à ce que l’assemblage ne fait jamais un puzzle ni un tout complet. Au contraire, il fait jouer entre elles des pièces non-encrantables. Le montage du roman fait venir le silence, la césure, la respiration de l’« immontable ». En somme, le principe du montage qui participe chez Claude Simon d’une démarche polytechnique est par excellence pour lui le principe de l’art. Telles sont les hypothèses que Mireille Calle-Gruber propose dans son texte dont nous reproduisons ici un extrait :

il avait deux visages : l’un pour présenter à l’extérieur, sans faille, l’élégante et impeccable carapace de drap, de moustaches, de cuirs méticuleusement brossés et cirés, la raide et bienséante urbanité de façade, et l’autre, l’envers, à usage interne, rigide, sévère, sinon même brutal, aux âcres relents de créosote, de crottin, de sueur, de graisse d’armes et de latrines flottant entre les rectilignes bâtiments blanchis à la chaux, comme, aussi bien, l’Etat qui l’entretenait passait pour ainsi dire avec lui un contrat à l’échéance duquel la seule chose qu’on lui demanderait en échange, une fois devenu insensible à la fatigue, exercé au maniement des armes et capable de réciter par cœur le Manuel du gradé en campagne, serait non pas tant de se battre, non pas tant même de mourir que de le faire d’une certaine façon, c’est-à-dire (de même que l’acrobate ou la danseuse étoile revêtus de collants rapiécés transpirent et se désarticulent en coulisse au son d’un piano désaccordé ou dans les exhalaisons amoniacales des fauves en vue du bref et fugitif instant d’équilibre instable, l’apothéose orchestrale ou le roulement de tambour pendant lesquels ils s’immobiliseront, bras arrondis, moulés de paillettes, souriants, gracieux, éphémères et impondérables sous les tonnerres d’applaudissements) seulement de se tenir vingt ans plus tard debout, bien en vue, les galons de son képi étincelant au soleil, ses inutiles jumelles à la main, patientant jusqu’à ce qu’un morceau de métal lui fasse éclater la cervelle.

« Dans ce fragment de L’Acacia, on constate d’emblée : la disparité de registre qui colle et qui ne colle pas, le surgissement intrusif et éphémère de l’acrobatique figure, dérisoire, incongrue, mortifère, sublime, elle-même acrobatiquement placée entre des parenthèses qui boursoufflent la phrase, la dévient, marquent la coupe aussi la fonction. Le morceau, fait de morceaux hétérogènes, constitue une opération de montage textuel dont il devient la métaphore, nommant le processus contradictoire du travail à l’œuvre : désarticulations/orchestrations ; désaccords/unisson ; équilibre/chute. Avec ici, au final, la violente critique de l’armée, tel un cirque de haut lignage – car c’est au moment où le montage sépare les deux images non congruentes que la figure de l’acrobate précipite et que se trouvent indissociablement liées la pose du militaire et la pose du saltimbanque. Tenir debout, tenir bien en vue, tenir – l’instant d’un instant. C’est la marque de la facture simonienne dont on sait que s’imprime sur toute l’œuvre l’image obsédante du cavalier étincelant sur le soleil, s’écroulant sabre brandi, sur la route des Flandres. Croulant debout – telle le « vertige fixé » de Rimbaud. »

Poétique de l'Archive