Compte rendu du Colloque du centenaire Claude Simon, Les Vies de l’Archive

Organisé par Mireille Calle-Gruber, Melina Balcázar Moreno, Anaïs Frantz, Sarah-Anaïs Crevier Goulet

Le colloque du Centenaire Claude Simon qui s’est tenu en Sorbonne les 27 et 28 février et à l’ENS le 1er mars 2013, suivi par un public nombreux et passionné, marque un tournant décisif dans l’approche critique de l’œuvre du Prix Nobel de Littérature.

Plutôt qu’une célébration hagiographique, le colloque a choisi d’ouvrir des voies nouvelles de lecture par une attention au plus près de l’écriture de Claude Simon et de ses manuscrits ainsi que par la prise en compte de la diversité de l’œuvre, rappelant que l’écrivain n’a cessé de frayer des passages entre les genres (romans, films, photos, rapport à la peinture et à la musique) et qu’il a travaillé la matière romanesque avec les archives privées et publiques réunies par ses soins. Il a en outre construit lui-même l’archive de son œuvre en donnant à la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet ses manuscrits et ses dossiers préparatoires.

Le colloque a ainsi abordé des pans de l’œuvre guère travaillés jusqu’ici : l’étude d’une pièce de théâtre inédite, du scénario de La Route des Flandres, de son recueil photo-textes Album d’un amateur. Plus novateurs encore : le traitement des manuscrits en vue d’une recherche fondamentale par les outils numériques avec le concours de Florence Clavaud de l’Ecole des Chartes ; l’analyse des liens entre Merleau-Ponty et Claude Simon que, tour à tour, Anne Gabrièle Wersinger et Pascal Quignard mirent en lumière, puis Daniel Mesguich dans une sublime lecture des Notes du philosophe.

La grande richesse de ces rencontres, et pour longtemps, fut la croisée des générations. Des témoins de Claude Simon, comme Michel Butor et Michel Deguy et de jeunes créateurs comme Christophe Honoré ou Noël Herpe, des spécialistes de l’œuvre et de jeunes chercheurs particulièrement compétents ont, ensemble, reconsidéré l’Archive littéraire sous des angles nouveaux : « la littérature dormante », « la tradition de la non-tradition », les réappropriations culturelles, la contemporanéité en question, les différences de genres.

Les photographies d’Eugenio Prieto portent trace de l’atmosphère de ces travaux et une équipe vidéo, sous la responsabilité de Margaux Achide-Roche, a capté des images qui feront l’objet, sous peu, d’une présentation en ligne.

Au terme de ces trois journées ponctuées par la lecture impressionnante que Marie-Christine Barrault donna des « Peintres de Claude Simon », un constat s’impose : une forme autre de critique littéraire est née et il y a, parmi les chercheurs et les créateurs, de la relève !

Mireille Calle-Gruber