Le fonds Claude Simon à la BLJD

Le fonds Claude Simon a fait l’objet d’une donation de l’auteur en 1984, sous réserve d’usufruit. Il est entré à la BLJD après la disparition de Claude Simon, entre 2006 et 2007, comme cela était prévu par la donation.

Les chercheurs peuvent accéder à son inventaire dans le Catalogue des Archives et Manuscrits de l’Enseignement supérieur depuis 20092. Les archives Claude Simon comprennent essentiellement les manuscrits des œuvres (Le Vent 333 feuillets, L’Herbe 285 ff., La Route des Flandres 527 ff., Le Palace 266 ff., Femmes 61 ff., Histoire 541 f., La Bataille de Pharsale 4 f., Triptyque 171 f., Les Géorgiques 1409 f., Le Discours de Stockholm 75 f., L’Invitation 66 f., Album d’un amateur 220 f., L’Acacia 586 f., Photographies 5 f., Le Jardin des plantes 839 f., Le Tramway 302 f. [1] , six « fragments romanesques », très peu de textes critiques, la pièce La Séparation et des scénarios). Cet ensemble est d’autre part documenté par d’importantes archives familiales [2] ; des dossiers de travail ; un considérable ensemble d’articles, de coupures de presse ainsi que de brochures et fascicules relatif à son œuvre [3]. Le fonds comprend enfin un domaine des imprimés : les éditions originales, qui témoignent d’un travail de reprise de 1957 à 1967, des traductions et des ouvrages consacrés à l’auteur [4].

En revanche, contrairement à la grande majorité des fonds de la BLJD, ces archives Claude Simon ne comprennent pas de correspondance.

Un fonds à l’image de son producteur ?

On pourrait dire que ce fonds est à l’image de l’écrivain – intransigeant et rigoureux. Ce, tout d’abord parce qu’il semble avoir été pensé par son producteur comme un tout cohérent et organisé en amont de son entrée à la BLJD et qu’il s’auto-documente particulièrement bien : papiers de famille, coupures de presse, etc.

C’est ensuite un fonds strictement littéraire, où se voit le refus de l’intrusion de l’anecdotique et/ou de l’homme privé par l’absence de correspondance, de carnet intime ou de journal. Il se démarque ainsi de nombre de fonds qui excèdent l’archive littéraire, de manière volontariste ou pas : le fonds Cioran comprends les papiers d’identité, le fonds Pinget, des documents financiers, médicaux, le fonds Bernard Noël, une correspondance exhaustive.

En ce sens, ces archives Claude Simon ne correspondent que partiellement à la notion d’archives littéraires inaugurée par Jacques Doucet : les différents états éclairent un processus génétique mais le contexte de création reste invisible…

Enfin, les manuscrits sont méthodiquement sous-titrés et s’inscrivent souvent avec rigueur dans une chronologie et/ou un espace. À partir des Géorgiques, la datation devient systématique et très minutieuse. Chaque feuillet est alors souvent structuré par la mention d’une date et d’un sous- titre, parfois du lieu, comme un en-tête qui semblerait lui conférer presque une certaine autonomie

Ces archives autoréférencées et fermées sur elles-mêmes présentent finalement la même circularité que celle présidant à la construction des romans de Claude Simon, en cercles concentriques, de l’Histoire à l’intime. Le fonds Claude Simon, à image de l’écrivain, serait aussi le reflet fidèle de sa création.

Extrait de la contribution d’Isabelle Diu et Sophie Lesiewicz au colloque Ecritures de l’archive, « Le fonds Claude Simon à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet. Une archive littéraire d’exception » in Calle-Gruber, Mireille, et al., éditeurs. Claude Simon: les vies de l’archive. Éditions universitaires de Dijon, 2014, p. 163-164.

[1] Ces textes correspondent respectivement aux cotes suivantes : SMN Ms2, SMN Ms 4, SMN Ms 5, SMN Ms 6, SMN Ms 7, SMN Ms 8, SMN Ms 9, SMN Ms 10, SMN Ms 12, SMN Ms 13, SMN Ms 14, SMN MS 15, SMN Ms 16, SMN Ms 17, SMNMs 18, SMN Ms
[2] SMN Pp 1-SMN Pp
[3] SMN Pp 26-SMN Pp
[4] Les imprimés du fonds sont consultables sur le catalogue de la BLJD : http://bljd.opac.sudoc.abes.fr/

Poétique de l'Archive